À quoi ressemblera la ville de demain ?

Smart Cities

Réfléchir à la ville du futur ne consiste pas simplement à faire des rêveries. C’est une réflexion utile permettant d’anticiper les besoins des futures villes aux taux démographiques forcément plus élevés. Pour concevoir la ville de demain, différents éléments doivent être pris en considération : le logement, la consommation énergétique, les transports et l’alimentation.

Une ville qui sera adaptée à la surpopulation

Selon une estimation actuelle, 1 humain sur 2 vit en ville. En 2050, cette estimation sera de 7 sur 10. Pour accueillir autant de personnes, la conception des villes devra être repensée. La solution la plus plausible consiste à développer les villes verticalement, en augmentant les gratte-ciels. D’autre part, avec une concentration importante de population, le problème de transport devient majeur.

Pour cela, de nombreux inventeurs ont déjà imaginé un moyen de mieux gérer la circulation. Ce qui est certain, c’est que les voitures volantes ne représentent pas encore une solution pratique. De plus, une population plus dense signifie également plus de pollution.

Parmi les projets proposés pour faire face à ce problème figure le Robot Diya One créé par la stat-up française Partening Robotics. Ce robot a pour rôle de nettoyer l’air contenu dans un espace intérieur densément peuplé.

Une ville qui exploitera mieux l’énergie naturelle

Le problème avec une population éloignée des villes, c’est que le transport de l’énergie devient coûteux. Pour limiter la consommation d’énergie, le mieux est d’avoir une population concentrée en un lieu. C’est pour cette raison que dans le futur, le retour en milieu rural ne représente pas la meilleure des solutions.

De nombreux systèmes visant à mieux exploiter les énergies renouvelables sont en cours d’étude. Pour illuminer les pièces sans fenêtres en plein jour, il est par exemple possible d’utiliser le soleil. Des étudiants de l’École polytechnique ont proposé cette solution à travers Echy.

Il s’agit d’un module capable de capter la lumière du soleil et de le convoyer à travers des faisceaux de fibres optiques. Si le temps n’est pas ensoleillé, la lumière diffusée sera appuyée par des LED.

Une ville autosuffisante en alimentation

Le dernier critère qui caractérise les villes du futur c’est l’autosuffisance en alimentation. Pour subvenir aux besoins de la ville, il sera nécessaire de faire de l’agriculture en milieu urbain. Les plantations se feront directement dans les immeubles, hors sols et sans forcément avoir besoin de lumière. C’est le concept de la « ferme verticale ».

Les plants à développer seront placés dans des éprouvettes et les nutriments dont ils ont besoin seront directement acheminés vers eux. Leur alimentation sera pilotée par ordinateur et il sera même possible de se passer du soleil en se servant de LED. Actuellement, les fermes urbaines existent déjà et permettent de produire des salades, des tomates, du piment, etc.

En France, l’arboricole à Angers est un exemple de projet mettant en avant le concept de ferme verticale. Dans ce projet, un immeuble de 50 logements abritera plus de 10 000 arbres et autres végétaux. Ces derniers seront capables de subvenir aux besoins des occupants de l’immeuble.

Alexandre
Bienvenue sur mon blog ! Passionné par l'informatique depuis mon plus jeune âge, j'en ai tout naturellement fait mon métier par la suite. Dans ce blog je traite toutes les actualités de ce secteur. Bonne visite :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top